En Palestine, nombreuses sont les maisons qui tombent en ruines. Faute de moyen, les locataires n’ont d’autre choix que de rafistoler temporairement les fenêtres brisées, les toits tombants, les sols affaissés…Mais pour les orphelins, la situation est bien pire. Seuls et sans repères, ils vivent  dans des conditions désastreuses sans aucune solution pour améliorer leur situation.

Voici l’histoire d’une maman veuve qui vit à Naplouse, et qui a bénéficié du programme de réhabilitation des maisons d’orphelins:

“Je m’appelle Badria, j ‘ai perdu mon mari des suites d’un cancer. Ma fille et son fils de trois ans vivent avec moi. Notre situation est extrêmement précaire et je souffre de nombreuses maladies chroniques, dont les plus importantes sont le diabète et les troubles anxieux”

Les serpents et les rats pénètraient facilement dans la cuisine

« Avant l’intervention de Karama Solidarity, mon logement comptait des problèmes de construction majeurs : la cuisine de la maison n’était pas utilisable à cause des grandes fissures dans les murs dues à l’affaissement du sol. Les serpents et les rats pénètraient facilement dans la cuisine. L’eau de pluie pénétrait partout à travers les plafonds ce qui endommageait tous les murs de la maison. »

Grâce au soutien de Karama Solidarity, des travaux importants ont été effectués afin de rendre la maison salubre et sécurisée. D’abord tout le toit de la maison a été rénové et rendu imperméable afin d’empêcher l’eau de pluis de s’infiltrer dans la maison. La cuisine a été entièrement refaite avec l’installation d’un plan de travail, d’un évier, d’une nouvelle fenêtre, d’une crédence…la rendant désormais utilisable.

« Merci à Karama Solidarity pour leur soutien.» Badria

Photo

Ils ont retrouvé leur dignité grâce à la Zakat al maal

Bangladesh: 500 familles sauvées de la pauvreté

Grâce à votre soutien, 500 familles ont bénéficié du prêt sans intérêt ainsi que de formations afin de leur octroyer les meilleurs outils possibles pour débuter leur activités et subvenir à leurs propres besoins. Voici l’histoire poignante d’une famille qui a retrouvé...

Palestine: le droit à un logement décent pour Halima

En Palestine, nombreuses sont les maisons qui tombent en ruines. Faute de moyen, les locataires n’ont d’autre choix que de rafistoler temporairement les fenêtres brisées, les toits tombants, les sols affaissés...Mais pour les orphelins, la situation est bien pire....

Mayanur Begum, s’en sortir malgré le handicap

« Les gens pensaient que j’étais incapable de travailler à cause de mon handicap et pourtant ma situation est aujourd’hui bien meilleure qu’auparavant » Mayanur (37 ans) est née dans une famille extrêmement pauvre. À l'âge de trois ans, suite à un accident, elle...

Je m’appelle Koura, je vis au Mali

« La récolte de l’année dernière a été très mauvaise dans tout le village à cause des pluies qui se sont arrêtées très tôt. La récolte a été à peine suffisante pour tenir trois mois », explique Koura Sinayogo, une agricultrice et mère de six enfants de la région de...

Eco-village Kenya : Toute une communauté loin de la pauvreté

Grâce à votre zakat al maal 1000 agriculteurs kényans cultivent leur terres grâce à la technologie d’irrigation par énergie solaire et ont pu développer leurs activités génératrices de revenus. Le succès du projet a permis aux maraîchers de développer leur production...

L’hôpital al makassed à l’abri pour 20 ans

L'hôpital al makassed à l'abri pour 20 ans [media_video url="https://www.youtube.com/watch?v‹´›oP8JBo9fDBE" width="450" height="300" _fw_coder="aggressive" __fw_editor_shortcodes_id="dae5b1ea891e34b4609c33aecb75104a"][/media_video] Jusqu’à récemment l’hôpital Al...

Je m’appelle LAZINA

Au Bangladesh, ils sont 7.4 millions dont on se soucie rarement ! Au Bangladesh, 7,4 millions d’enfants sont exploités et risquent leur vie chaque seconde pour pouvoir manger et se sortir de la misère ! Voici l’histoire de l’un d’entre eux: " Je m’appelle Lazina...