Mayanur Begum, s’en sortir malgré le handicap

0 Comment
55 Views

« Les gens pensaient que j’étais incapable de travailler à cause de mon handicap et pourtant ma situation est aujourd’hui bien meilleure qu’auparavant »

Mayanur (37 ans) est née dans une famille extrêmement pauvre. À l’âge de trois ans, suite à un accident, elle est gravement brulée et perd l’usage de sa main gauche.

A 16 ans, elle épouse Abdul Motaleb. De cette union naissent 2 filles. La situation financière du ménage est très difficile. Les revenus de Abdul, conducteur de pousse-pousse, sont loin d’être suffisant pour subvenir aux besoin du foyer et pour assumer le coût des études des filles. 

Mayanur cherche du travail mais en raison de son handicap, les opportunités manquent cruellement.

Vu sa vulnérabilité et sa situation précaire, Mayanur répond aux critères de sélection pour bénéficier des programmes d’AGR mis en place par l’organisation. Elle intègre, dès lors, le programme et suit une formation professionnelle pour développer sa propre microentreprise ainsi que plusieurs formations sur les thèmes de l’élevage, la santé, l’hygiène, l’élevage, le droit des femmes, …

Elle reçoit également une subvention de 16000 Taka et lance une petite entreprise de vente poissons de saison avec sa sœur comme partenaire. Après quelques mois, l’entreprise est rentable et lui permet de rembourser la subvention.

Grâce à ses gains, elle a acheté un lopin de terre et y cultive des légumes. Aujourd’hui, l’insécurité alimentaire fait partie de son passé et ses deux filles sont scolarisées. 

Mayanur veut le meilleure pour ses filles. Elle souhaite qu’elles poursuivent leurs études et ne se marient pas avant leur 18ième anniversaire. 

Mayanur Begum nous a confié : « Ma famille mène une vie confortable maintenant. Les gens pensaient que j’étais incapable de travailler à cause de mon handicap. Mais la situation est bien meilleure qu’auparavant. »

MERCI

Vous aussi, changez une vie !

Je verse ma zakat al maal

Je m’appelle Koura, je vis au Mali

« La récolte de l’année dernière a été très mauvaise...

Je m'appelle LAZINA

Au Bangladesh, ils sont 7.4 millions dont on se soucie...