Massal keita, l’orphelin devenu assistant social …

0 Comment
293 Views

J’ai perdu mon père quand j’avais trois ans

J’ai été élevé par ma mère dans un logement loué composé d’une seule pièce. Nous étions 4 personnes : ma mère, mes 2 sœurs et moi. La pièce dans laquelle nous vivions était si étroite que nous avions du mal à dormir. De plus, j’étais un garçon indiscipliné, mais très courageux et gentil. Après la mort de mon père, j’ai eu la chance de pouvoir rester avec ma mère. La vie a été très difficile, surtout pour ma mère qui du jour au lendemain a perdu son époux et a dû subvenir à nos besoins. Elle s’est mise à vendre de l’eau et des jus au marché. Un jour, elle a rencontré un ami qui lui a conseillé de se rendre chez Islamic Relief pour me faire parrainer. Et ce fut le début de mon parrainage. Quand j’ai commencé à recevoir l’allocation, la plupart de mes besoins de base ont été satisfaits. J’ai pu aller à l’école et les assistants venaient me suivre et m’encourager à bien étudier. Je me débrouillais très bien, j’étais d’ailleurs parmi les 5 premiers de classe.

Aujourd’hui

J’ai 25 ans et par la grâce d’Allah, la plupart de mes rêves se sont réalisés. C’est pourquoi je remercie mes parents et mon parrain pour leurs efforts infinis. Aujourd’hui, j’ai un diplôme en anglais et en allemand. De plus, je suis travailleur social à Islamic Relief dans le département de la protection de l’enfance. Aujourd’hui, ce travail a beaucoup changé ma vie et je peux facilement prendre en charge les dépenses de la famille, notamment : la nourriture, la santé, les frais d’électricité, etc.

Message pour mon parrain et l’association

« Je dis et répète, sans le soutien de l’association, ma vie serait difficile. Je remercie également mon parrain pour sa générosité et pour tous ses dons. Je voudrais lui dire ceci: tous ces cadeaux, ces gestes salvateurs, ses actions humanistes et humanitaires ont fait de moi aujourd’hui l’être que je voulais devenir. Ainsi, “il ne faut qu’une journée pour trouver un parrain, une semaine pour l’apprécier, mais toute une éternité pour l’oublier”. Qu’Allah accorde à tous les donateurs une vie longue et saine couronnée de succès et de prospérité. Puisse-t-Il les récompenser avec un rang élevé dans le ciel.


Sheraz, rien ne présageait un si bel avenir

Sheraz Riaz a perdu son papa en 2004 des suites...

Adil, le parrainage a changé sa vie

Adil Siddique était encore un enfant lorsque son père est...